mercredi 9 mars 2022

De nos sœurs en Ukraine

 

1. Chernivtsi, près de la frontière roumaine, appartient à la partie de l'Ukraine qui est la plus pacifique. Certes, nous entendons régulièrement des sirènes et devons courir vers des abris, mais, Dieu merci, nous n'avons pas encore été bombardés. C'est pourquoi les gens viennent ici des régions du pays qui sont détruites. Les autorités locales et les habitants s'engagent à accueillir les personnes déplacées. Nous avons un petit appartement ici, donc un paroissien familier de Donetsk reste avec nous. Et les personnes qui viennent chez nous sont hébergées par des paroissiens ou dans la salle de catéchisme sur des matelas. Nous essayons de diverses manières de soutenir à la fois ceux qui viennent et les locaux se remplissent de peur, d'anxiété et d'incertitude. D'ordinaire, une personne a besoin d'être nourrie, de recevoir les objets nécessaires, des médicaments ou simplement d'être écoutée. Avec les paroissiens, nous nous engageons dans diverses actions de bénévolat.  Les filles vont trier et remballer les dons importés ou fabriquer des filets de camouflage pour l'armée. Les garçons, quant à eux, aident à décharger et à emballer les camionnettes qui distribuent l'aide aux différents centres de personnes déplacées, ou se rendent plus à l'est où il y a des combats.
Un grand merci à tous ceux qui, à l'étranger, nous soutiennent de diverses manières, qui accueillent nos personnes, et surtout pour leurs prières. C'est notre meilleure arme, celle que nous pouvons toujours utiliser et celle qui est la plus efficace, celle avec laquelle nous pouvons faire le plus. Un grand Dieu vous bénisse.

 Chaque sœur veut rester à l'endroit où elle exerce son ministère. Sœur Anna, que la guerre a trouvée en Pologne (elle a subi un traitement ophtalmologique), souhaitait vivement revenir. Cependant, ce n'est pas si facile pour les citoyens polonais. Dieu a trouvé un autre moyen de l'aider. Elle s'est rendue à Częstochowa, où nos sœurs et les Pères pauliniens ont accueilli plus de 150 réfugiés. La sœur sert principalement d'interprète... S. Teresa I. au téléphone tout le temps. Elle traduit et coordonne également les voyages de diverses personnes. Dans beaucoup de nos maisons, il y a déjà quelques familles ou les sœurs se préparent à les recevoir. Nous vous parlerons de nombreuses initiatives dans les prochaines nouvelles. Nous devons partager le bien, car il y a beaucoup plus...

Nous restons unies dans la prière. Certainement aussi dans les nombreuses propositions d'aide qui existent autour de nous



lundi 28 février 2022

UKRAINE

De la lettre de nos sœurs en Ukraine : 

Les sœurs de nos communautés en Ukraine sont relativement en sécurité. La communauté de Dnipro se trouve à l'extrême Est du pays. Après le bombardement de l'aéroport là-bas, c'est maintenant calme, les combats continuent près de Donetsk (environ 280km.). Le calme règne également à Chernivtsi, près de la frontière roumaine. À Kamenets, il n'y a pas de bombardements, mais un trafic intense, la ville accueille des réfugiés de différentes régions d'Ukraine. Nous recevons également des familles dans notre maison et dans la maison paroissiale des pèlerins. Dans la matinée, deux familles de Kiev sont arrivées, il y a déjà plusieurs personnes de Kharkiv, et d'autres arrivent. Dans la soirée, nous aurons les deux maisons pleines. Nous verrons ce qui se passera ensuite. Nous avons de l'eau, de la lumière, du chauffage et de la nourriture, nous pouvons nourrir les autres. Il y a de problème avec le pain, mais nous avons réussi à en acheter aujourd'hui. C'est très difficile, parce qu'à chaque instant la situation s'aggrave en ce qui concerne les combats, beaucoup de gens meurent, y compris des civils. Nous prions et avons confiance en la miséricorde de Dieu. Notre Carême a déjà commencé. Dans la cathédrale, il y a des messes pénitentielles et aujourd'hui il y a le Chemin de Croix. Nous sommes très reconnaissants que les Sœurs soient avec nous.  Nous espérons vous voir bientôt. Salutations chaleureuses de Kamieniec Podolski. 
								s. Natalia et ses sœurs d'Ukraine 



En Europe, des pays, mais surtout des gens comme vous et moi, s'organisent pour aider nos frères en Ukraine :

Accompagnons nos sœurs d'Ukraine, mais préparons nous aussi à accueillir les nombreux réfugiés dans notre pays.


 

mardi 25 janvier 2022

RENCONTRE DES JEUNES SOEURS URSULINES CJA A ROME

Une rencontre de jeunes sœurs Ursulines CJA des centres italien et français a eu lieu du 3 au 8 janvier 2022 à Rome. Le thème était 

« Sur les pas de la Mère Ursule, attentives et ouvertes aux signes de temps ». 

Il y avait 13 participantes : de Scauri Sr. Honorata, de Trivento Sr. Eulalia et Sr Marife, de Rome - Ricotti Sr Suzana et Sr Emerenziana, de Primavalle Sr. Julita, Sr. Febrionia, Sr. Valeria et Sr. Ansila, de la Maison Générale, Sr. Renata. Il y avait aussi deux sœurs de France : sr Renata de Chambéry et sr Anna de Taizé ainsi que sr Teresa Iwan, l'assistante générale, qui est venue de Pologne.

Mère Beata Mazur a rencontré les sœurs par le biais d'Internet. Elle a parlé des joies et des difficultés de la vie des Ursulines et a encouragé les jeunes sœurs à s'aimer les unes les autres.

Les sœurs ont pris du temps pour approfondir l'histoire de la Congrégation, en détaillant les séjours de la Fondatrice à Rome. Une grande aide a été apportée par Mère Françoise Sagun qui a dévoilé beaucoup de détails de la vie de St Ursule et de l’histoire de la Congrégation.

Les sœurs ont pu visiter toutes les communautés romaines ainsi que plusieurs églises fréquentées souvent par La Fondatrice (Del Gesù, Sant Leon, Santa Maria degli Angeli e dei Martiri, Santa Maria Maggiore).

Chaque jour il y avait une rencontre pour approfondir le thème. Au cours de la rencontre, elles ont réfléchi à ce que représente Mère Ursula pour chacune d'entre elles : mère, professeur, témoin d'une vie humble, simple et joyeuse, exemple de sainteté et d'amour de Dieu et des hommes... 

Puis elles ont partagé en groupes l'expérience de la vie des Ursulines dans les pays où elles travaillent et d'où elles viennent.

Les sœurs ont également parlé des signes des temps qu'elles voient dans le monde d'aujourd'hui, dans l'Église, dans l'apostolat, dans la communauté, et ont ensuite réfléchi à la manière dont elles peuvent y répondre en tant qu'Ursulines  CJA. Les sœurs avaient de nombreuses propositions différentes et concrètes.

Une sœur a écrit : "Pour moi, en tant que sœur ursuline du Cœur de Jésus Agonisant le plus important est la prière et l'Eucharistie, qui me donne la force de servir. D'abord là où je vis, dans ma communauté, et ensuite en dehors de la communauté, c'est-à-dire là où il y a des besoins, avec l'amour que nous recevons de Jésus dans l'Eucharistie. ». L'autre a dit : "Nous, Ursulines, pouvons aider les autres dans notre vie quotidienne en témoignant d'un service joyeux, en particulier auprès de nos sœurs âgées, des enfants et des jeunes, en donnant un sourire à ceux qui ont besoin d'espoir, d'amour et de paix."
A la fin de la rencontre, les sœurs ont parlé des fruits qu'elles ont gardés de cette expérience internationale, des fruits pour elles-mêmes, pour la communauté et pour la Congrégation.



Cette rencontre, conçue et préparée par des jeunes sœurs, a été l'occasion de faire connaissance entre elles, venant de communautés, de cultures ou de pays différents, parlant des langues différentes. La joie d'être ensemble, de prier ensemble, de partager la vie spirituelle et quotidienne a marqué ce temps à Rome.


Nous espérons que l'expérience de cette rencontre internationale restera longtemps dans le cœur de chacune des participantes et qu'elle aidera à construire le Royaume du Cœur de Jésus avec un engagement croissant.


vendredi 12 novembre 2021

 

ECHOS DU RASSEMBLEMENT IGNATIEN A MARSEILLE TOUSSAINT

5 d’entre nous ont participé au grand rassemblement de la famille ignatienne à Marseille « Avance au Large » du 30 octobre au 1er novembre.

Moments de rencontres, de fête, de conférences, de témoignages, de prière.

Environ 7000 personnes.

------------------------

Ce deuxième rassemblement de la famille ignatienne en France et Benelux (le premier avait eu lieu à Lourdes en 2006) était sous le signe de l’accueil joyeux de la richesse de la diversité de nos provenances géographiques, culturelles et générationnelles, toutes unies par une impulsion charismatique, celle d’Ignace de Loyola, provoquée par la longue récupération qui suivi « le boulet de canon » de la bataille de Pampelune en 1521.

La conversion au centre de nos préoccupations de chrétiens engagés ou consacrés, conversions personnelle, communautaire, ecclésiale, écologique pour annoncer à ce monde tel qu’il est aujourd’hui que la « plus grande Gloire de Dieu » est ce qui donne aux hommes, femmes et enfants de ce temps la JOIE et la VRAIE VIE. Et de la Joie et de la Vie bruissante et bruyante il y en avait ces trois jours à Marseille.

Marie Thé

Ce que j’ai envie de retenir de ces journées :

- la fécondité du charisme de St Ignace, qui a donné lieu, au long des siècles, au surgissement de Congrégations nombreuses, à des Mouvements (dont le MEJ, le MCC, l’Apostolat de la prière…), à des Associations (Communauté CVX), à des communautés nouvelles (Chemin Neuf). La force et le dynamisme de ce charisme.

- Nous étions ensemble, unis et différents. Pas de cloisonnement, car nos pauvreté respectives (vocations moins nombreuses ou absentes) nous font sentir la nécessité de collaborer - c’est un enrichissement - et cela dans le désir d’aider et de servir. Il était nécessaire d’en prendre davantage conscience.

- J’ai admiré l’organisation (2 ans) de ce rassemblement jusque dans les détails – des centaines de bénévoles pour 7000 participants. Et nous sommes nourris de la beauté des célébrations.

La vie et la joie sont dans le service.

Mireille

Très beau rassemblement, riche, joyeux et plein de rencontres magnifiques avec nos amis et avec les nouvelles personnes, rencontrées lors d’un atelier, d’un repas, d’une prière, d’une marche… Je rends grâce à Dieu pour la famille ignacienne, pour toute les congrégations et mouvements pour les jeunes et moins jeunes. Je rends grâce surtout pour st Ignace qui nous a laissé un beau témoignage de sa vie bien bousculée et bien déterminé pour se donner à Dieu et aux hommes.

Sr Renata

Marseille ! ville aux mille visages et qui accueille largement 7000 frères, enfant, jeunes, adultes venus de France, Belgique, Luxembourg et d’ailleurs pour célébrer dans la joie, la louange et la fraternité.

Ignace de Loyola, ami du Seigneur, qui, il y a 500 ans se convertit grâce à un boulet… et fonda la compagnie de Jésus, source de nombreux frères et sœurs dans le monde…. Au large avec Ignace ! Merci !


Emmanuelle

Ce qui m’a touchée le plus : la veillée avec un spectacle magnifique préparé par les jeunes pendant plus d’un an : quel investissement, mais les jeunes n’oublieront sans doute jamais cette expérience…

Et les rencontres avec des personnes que je n’avais pas rencontrées depuis longtemps notamment des sœurs qui organisaient les camps MEJ quand j’avais 14-15 ans.



Véronique

vendredi 10 septembre 2021

Départ à la retraite professionnelle de Véronique

 Voilà, les années passent ...

Cette année, c'est sr. Véronique qui prend sa retraite professionnelle. Depuis toutes ces années à service de l’Église qui est en France, c'est  une nouvelle page qui s'ouvre pour elle.

Ce jeudi, 09 septembre, Véronique a dit "'au-revoir"au diocèse de Grenoble, le lieu de sa dernière mission  - officielle 


 

Après une belle messe célébrée par le P Patrick Faure, et avec un savoureux apéritif, son équipe a présenté un sketch plein d’ humour et de tendresse …

Caroline : tu seras au pot de Véronique ?

Miki : je ne la connais pas bien, moi, Véronique … elle est d’origine anglaise, c’est ça ?

Barbara : ha bon ?

Christelle : mais non, elle est de Chambéry

M-H : ha non, elle est originaire de Lyon ! Elle habite à Chambéry avec sa communauté

Miki : ha, mais c’est Sœur Véronique ?

Odile : oui, mais ne me demande pas le nom de sa congrégation… je sais juste qu’il y a Jésus agonisant

Christiane : oui, elle est ursuline du Cœur agonisant de Jésus

Catherine : attendez … Wikipédia … Ha oui, elles sont sur Google : Les ursulines du Coeur de Jésus Agonisant sont une congrégation religieuse féminine enseignante et hospitalière de droit pontifical. Les ursulines se consacrent à l’enseignement …

Ça alors ! … leur fondatrice est polonaise !

Barbara : He oui !

Miki : ça alors ! … moi qui croyais qu’elle était anglaise !

Christelle : mais pourquoi pensais-tu qu’elle était anglaise ?

Miki : je sais pas… longiligne, une certaine élégance…

Barbara : je ne sais pas si elle parle anglais, mais je peux vous dire qu’elle parle polonais !

Toutes : ha bon ?

Barbara : mais oui, … et je dois même faire attention du coup à ce que je dis quand je suis au téléphone !!!

Caroline : moi, je ne savais pas que ces sœurs ursulines étaient plutôt enseignantes ;

M-H : tout s’explique… voilà d’où lui vient son charisme

Katia : c’est vrai, Véronique aime la théologie et veille toujours à ce que pour chaque question, on aborde le fondement théologique

Catherine : avec le P. Faure bibliste… ils ont dû faire une belle équipe !

Odile : oui, une belle équipe de Dimi

Miki : c’est qui ce Dimi … un polonais ?

Odile : non, non, Dimi comme disciple missionnaire

Caroline : C’est un parcours de formation, mais elle a aussi a participé aux Essentiels de la Bible, de la foi…

Christiane : Bref, parmi es 5 essentiels … Véronique c’est la formation !

Miki : je ne savais pas tout ça !

M-H : elle n’est pas qu’une sœur de Jésus, enseignante et qui parle polonais…, elle a de grandes qualités d’écoute et de consolation !!!

Katia : oui. Elle se réserve une après-midi par semaine pour visiter les malades à l’hôpital !

Miki : je ne savais pas tout ça !

Christelle : mais sous un air très sage … Elle est clown

Catherine : ah oui, elle fait le clown, elle a beaucoup d’humour

Katia : et des fous rire

Christelle : non, non, elle fait du théâtre, improvisation, école de clown…

Miki : je ne savais pas ça

Katia : ha, mais tu sais, elle a bien les pieds sur terre… toute ursuline du cœur agonisant… Elle est pragmatique ! Moi, j’ai trouvé ça rassurant en arrivant au service parce que je croyais que tout le monde était un peu illuminé

M-H : ah bon ?

Miki : (à Odile) mais ça fait quoi une sœurs à la retraite ?

Odile : retraite, retraite, c’est vit dit !!! Elle est responsable de sa communauté en France.

Miki : Wahou ! C’est pas n’importe qui ! J’arrive 10 ans trop tard… ça donne envie de travailler avec elle !

Odile : bon, mesdames… allons rejoindre les invités de Véronique… une belle occasion d’entourer encore une dernière fois notre sœur de service !



mercredi 26 mai 2021