samedi 14 septembre 2019

Pèlerinage Charmaix 2019







Comme chaque année, tout le diocèse de Maurienne a vécu le pèlerinage au sanctuaire de Notre Dame du Charmaix. Cette année, nous avons pris par

Thème :  
«MESSAGER DE LA TENDRESSE DE DIEU» 
Devise : 
« ...TU AS DU PRIX A SES YEUX »

Les 15 stations de ce pèlerinage ont été préparé par les paroisses et par les services pastoraux du diocèse. Les paroisses ont centré leurs stations sur les béatitudes selon Évangile de St. Matthieu. Les services pastoraux, par contre, ont illustré ces béatitudes par les témoignages de chrétiens de notre actualité.
Voici les témoins que ont été choisis :
ÉQUIPE DE NOTRE DAME - Père Henri Caffarel
Le vingtième siècle aura été marqué par la spiritualité du Père Henri Caffarel, né le 30 juillet 1903 à Lyon et décédé le 18 septembre 1996. Il est le fondateur des Équipes Notre Dame le 25 février 1939, de plusieurs revues (L'Anneau d'or et les Cahiers sur l'oraison), il est aussi le fondateur des centres de préparation au mariage en 1956.
Dans l’Église, on appelle « charisme », un don de Dieu fait à une personne. Celui, reçu par le père Caffarel, est celui de la spiritualité conjugale : il a pris corps dans les Équipes Notre-Dame au service du sacrement de mariage et placées sous le patronage de la Vierge Marie, dans la Fraternité Notre-Dame de la Résurrection pour le veuvage et enfin dans les Intercesseurs qui veillent dans la prière pour les couples.
Au centre de tout, la prière, l’oraison : Dieu est amour ! Rendons grâce à Dieu !
 
PASTORALE DE JEUNES /KT/AUMÔNERIE - Carlo Acutis
Carlo est né en 1991 et est décédé en 2006, il avait 15 ans. Il est mort d’une leucémie (un cancer du sang).
Il avait un talent particulier pour l’informatique.
Il aidait les autres, surtout les enfants et les personnes âgées.
Carlo allait tous les jours à la messe et prenait un temps pour se poser devant le tabernacle afin de prier pour les autres et non pour lui.
Il aimait prier le chapelet. Il est déclaré « serviteur de Dieu ». Il était toujours dans la joie.
LA COMMUNAUTE PORTUGAISE - Les moins de Tibhirine
C’est au 19ème siècle que l’on voit la première implantation de moines cisterciens en Algérie, elle durera une soixantaine d’années. En 1904, anticipant la loi d’expulsion des communautés religieuses de France, le monastère est fermé. Les moines se réfugient en Italie. En 1934, une deuxième communauté vient s’installer au Sud-est d’ Alger sur le domaine agricole de Tibhirine qui deviendra l’Abbaye de Notre Dame de l’ Atlas.
Les moines étaient tous motivés par une vocation commune : être moines en Terre d’Islam.
Ils entretenaient de bonnes relations avec leurs voisins musulmans en les associant aux travaux agricoles et en les accueillant dans leur dispensaire. Ils contribuaient à témoigner que la paix entre les peuples est un don de Dieu. En 1996, sept frères sur les neufs présents à Tibhirine ont été enlevés et assassinés. Ils ont été béatifiés avec douze autres martyrs le 8/12/2018 à Oran en Algerie.
LA CONFRERIE DE LA BONNE NOUVELLE - Maximilien Kolbe
Sa dévotion lui vient d’une apparition de la Vierge Marie tenant dans ses mains deux couronnes : une blanche, signe de pureté, et l’autre rouge, signe de martyr. Elles seront les fils conducteur de son existence.
Ordonné prêtre franciscain en 1918, il fonde la Mission de l’Immaculée pour convertir le monde avec l’aide de Marie. C’est un mouvement spirituel missionnaire et marial : « rendre au Christ le monde entier par l’Immaculée par une consécration totale à la Vierge Marie, et le port de la médaille miraculeuse. « Par Elle, avec Elle et en Elle, nous serons les instruments de son amour et de sa miséricorde ».
Prêtre joyeux, qui aime la vie, Maximilien Kolbe est arrêté en 1941 et transféré au camp d’Auschwitz. Il y demeure dans la paix et l’espérance malgré les privations, les persécutions et les souffrances. Il offre sa vie dans le « bunker de la faim » pour sauver un père de famille. Après une agonie de 15 jours durant laquelle il a soutenu ses compagnons, il meurt d’une injection fatale le 14 août 1941.
LE SECOURS CATHOLIQUE - Jean RODHAIN
Le 8 septembre 2016, le Secours Catholique fêtait ses 70 ans.
Qui connaît son fondateur, Jean RODHAIN, né lé 29 janvier 1900 dans les Vosges, contemporain de l’abbé Pierre et de Mère Térésa ? Il fut un des prophètes du XX ème siècle pour les plus pauvres . Enfant de santé fragile, il découvre la foi grâce à ses parents, austères mais très aimants et reçoit de son père épicier une éducation par le travail, travail souvent tourné vers les autres.Il découvre alors « qu’on rencontre plus facilement Dieu au terme d’un geste secourable qu’à la dernière page d’un gros volume ». Il perçoit très tôt sa vocation de prêtre.
Curé de campagne , il sera nommé aumônier de la jeunesse ouvrière chrétienne féminine, aumônier militaire puis aumônier des prisonniers de guerre.
Il ne cessera de déployer une incroyable énergie pour apporter aux prisonniers et à leur famille une aide matérielle autant que spirituelle ; c’est à lui que les évêques de France confient « l’organisation du service unifié de la charité »  qu’est le Secours Catholique et c’est à Lourdes, le 8 septembre 1946, que devant des milliers d’anciens prisonniers participant au « pèlerinage du retour » il lance son appel : «  Aidez-nous ! »
Dès lors, le ressort de cet organisme sera de  rayonner la charité chrétienne, apporter partout où le besoin s’en fera sentir tout secours et toute aide directe. Cependant Jean RODHAIN a horreur de l’expression «  faire la charité » il préfère dire : « vivre la charité ».
Il meurt à Lourdes le 1er février 1977 au terme d’une vie consacrée à l’action et à la prière.
LA PASTORALE DE LA SANTE - Marthe Robin
Marthe Robin est fondatrice des foyers de la charité, et fondatrice de la nouvelle évangélisation.
Elle est un grand témoin vivant de Jésus. Dès sa première communion Dieu est entré dans sa vie et elle s’est sentie habité par Lui.
Elle tombe gravement malade en 1918.
A la suite sa maladie et paralysie, elle ne pourra plus ni manger ni boire. Sa seule nourriture sera l’Eucharistie. Elle communie pour porter à Dieu toutes les détresses humaines
Elle révèle le mystère de Marie après la mort de Jésus
En 1931 Elle vit le vendredi après-midi unie au Christ dans sa passion : elle reçoit les stigmates, et en même temps prononce des prières de bénédiction : Elle rappelle constamment le mystère de la souffrance.
Marthe Robin reçoit de nombreuses personnes. Tout en les écoutants, elle pose des questions, fait des suggestions, dégage les fausses pistes, et laisse la personne libre de ses choix, tout comme Jésus avant elle.
MCR - Sœur Emmanuelle Cinquin
Née Madeleine CINQUIN le 16 novembre 1908 à Bruxelles en Belgique
« YALLA ! En avant ! » Ces mots restent dans notre mémoire en évoquant sœur Emmanuelle. Fortement traumatisée au décès de son père alors qu’elle n’avait que 6 ans elle entre dans la vie avec beaucoup de courage et de volonté. Sa carrière professionnelle de professeur de lettres et de philosophie lui fait découvrir l’Egypte, la Turquie et la Tunisie. Mais à la retraite, la fougueuse religieuse décide de se consacrer entièrement aux pauvres et s’établit au Caire avec les chiffonniers d’un bidonville. C’est sa vocation première : venir en aide aux plus pauvres des pauvres. Elle va réussir l’impossible en faisant construire des écoles, des maisons et des dispensaires soutenue par des dons venus du monde entier.
Elle étonne et éblouit même les plus endurcis par son énergie et sa capacité d’amour extraordinaires. Son mot d’ordre : « En avant ! Yalla ! »
Après la belle célébration de la messe et le pique-nique pris sous le beau soleil, l'animation proposé pour le temps d'après-midi nous a préparé à la grande journée du rassemblement des diocèses de Savoie du 17 novembre prochain. 
 

 
La prière de Vêpres a clôturée notre journée.














Nous avons cheminé pour cette célébration comme «MESSAGERS DE LA TENDRESSE DE DIEU», de ce Dieu qui nous dit que nous avons « du prix à ses yeux » Nourris par les béatitudes de L'Évangile, nous nous savons accompagnés par des témoins de notre actualité qui peuvent nous aider à croire en un monde meilleur pour chacun. …
Rendez-vous l'année prochain, dimanche 06 septembre.

dimanche 21 juillet 2019

Rendons grâces au Seigneur

Le nouveau gouvernement de la Congrégation, élu ce samedi et dimanche lors du XVII Chapitre Général :

Supérieure général - M. Beata MAZUR
Première Assistante - Sr. Teresa IVAN
Conseilleurs - Sr. Bogumiła  MŁYNARCZYK, Sr.Incoronata LEMMO et Sr. Danuta SAKOWICZ


(l'ordre de la photo :  Bogumiła, Incoronata, la Mère Beata, Teresa et Danuta) 
Nour remercions au Seigneur pour nous les avoir données et à chacune des élues pour l'avoir accepté cette charge-mission.


dimanche 7 juillet 2019

XVII CHAPITRE GENERAL DE LA CONGREGATION

"Le Chapitre général est un organe représentatif, collégial et normatif. Il est l'expression de la coresponsabilité de toute les sœurs quant à la vie, l'activité et de développement de la Congrégation.
Le but du Chapitre est d'examiner l'état de la Congrégation, quant au soin pris de l'héritage spirituel et de la mission confiée par l’Église
...
Le chapitre ordinaire se réunit quand expire le mandat de la supérieure générale, c'est-à-dire tous les six ans." (Constitutions de la Congrégation, 192 - 194)

Depuis janvier de cette année, la Congrégation se prépare à cet événement si important ;
Nous prions chaque jour à cette intention. Nous avons choisi la soeur - Sr. Véronique Minet -  qui va représenter notre Centre France-Alemagne avec la supérieure de ce Centre, Sr. Marie-Thérèse Vallet. Nous nous somms réunies plusieurs fois par communautés et toutes ensemble pour élaborer nos propositions pour ce Chapitre.

Il va commencer ce 12 juillet et va durer jusqu'au 28.
A Pniewy, maison-mère de la Congrégation, seront réunies 46 sœurs de 9 pays. 

Nous savons que Sainte Ursule vit se temps avec nous









Vidéo : Ursulines CJA France-Alemagne







vendredi 24 mai 2019

Festival Radio-Jeunes à Chambéry


Le samedi 11 mai 2019 à la maison diocésaine de Chambéry s’est déroulé le Festival « Radio-Jeunes ». 
Il a clôturé quatre années de travail sur deux projets menés par le service de l’Aumônerie de l’Enseignement Public en Savoie. Le premier projet se nommait « Radio-Aumônerie » et le second « Lire l’Évangile, rencontrer Dieu ». 
 
 
En fait, depuis l’année 2015-2016 les jeunes de l’aumônerie de l’Enseignement Public en Savoie ont approfondi chaque année un des quatre Évangile. Ils ont ainsi préparé les émissions radiophoniques sur des thèmes, tels que le personnage de la miséricorde dans l’Évangile selon st Luc, les 8 béatitudes dans l’Évangile selon st Matthieu, les guérisons dans l’Évangile selon st Marc et les différents visages de Jésus dans l’Évangile selon st Jean. Au cours de ces quatre années, presque toutes les aumôneries de l’Enseignement Public ont participé à ce projet. 
 
Mais alors, quels étaient donc les objectifs de ces deux projets ? 
D’abord, nous avons voulu encourager les jeunes à lire les quatre Évangiles pour qu’ils puissent découvrir et rencontrer Dieu-Amour à travers la Parole de Dieu. 
 
Ensuite, ils ont été invités à réfléchir comment l’Évangile peut aujourd’hui encore, éclairer leur vie. Enfin, les jeunes ont dû préparer des émissions radiophoniques sur les thèmes ci-dessus évoqués, afin de devenir disciple-missionnaire.
 
Lors du festival « Radio-Jeunes » nous avons proposé un programme varié aux participants des différentes aumôneries de Savoie : table-ronde à la radio et visite du studio RCF, chants de louange, témoignages sur le thème du bonheur, ateliers sur l’écologie et la solidarité, repas festif et danses folkloriques. Pour finir, une messe a été célébrée par le père Roméo et très animée par des musiciens infatigables ! 



Un très grand merci à tous : jeunes, parents, animateurs, musiciens, intervenants, RCF Savoie et tout particulièrement à l’équipe pilote de l’AEP.

Sr Renata Miszczuk
Communauté Chambéry-Modane

vendredi 3 mai 2019

Jeunes savoyards à Taizé


Le jeudi 25 avril au matin, une cinquantaine de jeunes savoyards et leurs accompagnateurs sont partis à Taizé pour vivre un week-end exceptionnel. Parmi eux, des lycéens de l’aumônerie de l’enseignement public de Chambéry, de Beaufort, d’Aix-les-Bains et de Bourg Saint Maurice, des jeunes du lycée catholique St Ambroise à Chambéry, des Scouts et Guides de France et aussi des étudiants. L’accueil sur place a été très chaleureux malgré la pluie et le froid. 3600 jeunes de différents pays et continents étaient déjà sur place.
 
 Chaque jour a été rythmé par la prière : matin, midi et soir. C’était émouvant de voir l’église pleine de jeunes qui priaient en chantant les chants de Taizé connus dans le monde entier. 

Durant ce week-end, nous avons participé trois fois à une introduction biblique qui a été suivie chaque fois par un échange en petits groupes. La discussion tournait autour des personnages de saint Pierre, de sainte Marie Madeleine et bien sûr autour de Jésus Christ mort sur la croix et ressuscité le troisième jour. Dans l’après-midi il y a eu plusieurs ateliers proposés, tels que l’écologie, la solidarité, la vie de frère Roger, fondateur de la Communauté de Taizé, etc. 
 
Vendredi soir la prière s’est terminée par l’adoration autour de la croix. Il a fallu attendre plus d’une heure pour poser notre front sur la croix et confier tous nos soucis et nos joies à Jésus. Le samedi après-midi nous avons vécu deux belles rencontres, d’abord avec Mgr Ballot, qui nous a rejoint vendredi soir, puis avec un frère de la Communauté de Taizé.
Bien que le programme du weekend ait été chargé, les jeunes ont eu du temps pour se promener et tisser de nouvelles amitiés. 
Le temps est passé vite. Le dimanche 28 avril, après une messe bien animée et très joyeuse, nous sommes rentrés en Savoie.
Quatre jours à Taizé, ce fut quatre jours de ressourcement, quatre jours de pause, quatre jours d’amitié. A refaire, l’année prochaine.
Sr Renata Miszczuk
Communauté Chambéry-Modane

mardi 23 avril 2019

Le Seigneur est vivant


Le Seigneur est vivant et il est toujours avec nous, Alléluia !
Le chant de cet Alléluia a sonné dans chacune de nos communautés du centre français. Plus joyeux encore car les sœurs de Monachium sont venues fêter la Pâque en France.

Les célébration du Vendredi Saint et de la Veillée Pascale à Lyon, le jour de Pâques à Modane et le lendemain à Virieu.
A Modane, comme cela n'a pas pu être autrement, les sœurs Anna et Wiktoria sont allées rendre visite à Notre Dame du Charmaix


 

jeudi 18 avril 2019

NOTRE DAME DE PARIS




 L’incendie, qui s’est déclaré lundi 15 avril en fin d’après-midi, a ravagé la cathédrale, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité.


 Après l’incendie qui a ravagé la cathédrale, des veillées de prière s’organisent à Paris et dans toute la France.
Notre-Dame de Paris: des veillées de prière s’organisent dans toute la France
  Les cloches des cathédrales de l’Hexagone ont sonné en solidarité avec la cathédrale parisienne, à 18h50, heure à laquelle le sinistre s’est déclaré.

Mgr Michel Aupetit  l’archevêque de Paris voit dans l’incendie de Notre-Dame un appel à la «conversion» des cœurs
 Risultati immagini per incendie notre dame de paris

Le philosophe britannique Roger Scruton: "Notre Dame calcinée nous rappelle cet héritage spirituel qui ne doit pas mourir"



  L’enquête sur l’incendie de Notre-Dame va être un véritable casse-tête

Les théories du complot fleurissent autour de l’incendie de Notre-Dame

 Dans un très beau texte, Stéphane Ratti rappelle que Notre-Dame de Paris, plus encore qu’un joyau de l’architecture, est un lieu qui a nourri l’imaginaire des plus grands écrivains français et qui vivra toujours à travers leurs plumes.
  Si Nicolas Hulot se réjouit de voir l’unité des Français dans la douleur devant l’incendie de Notre-Dame, à laquelle il rend hommage, il porte une espérance: voir cette unité se perpétuer pour défendre «notre maison commune, la Terre»
  Fabrice Luchini: "On pourrait presque penser à un signe"

Risultati immagini per incendie notre dame de paris